Rapport annuel 2016/17 : un monde de plus en plus divisé et dangereux

Les dirigeants du monde entier ont multiplié les discours de haine et de peur favorisant le repli identitaire, développant une rhétorique du « nous contre eux ». Des discours qui menacent directement les droits et libertés de milliers de personnes. Rétrospective, à l'occasion de la publication de notre rapport annuel.
Si Donald Trump est emblématique d’une tendance mondiale à défendre des politiques toujours plus clivantes, d'autres dirigeants politiques ne l’ont pas attendu pour assumer des discours fondés sur la peur, l'accusation et la division et remporter le pouvoir.
Les droits humains sont de plus en plus menacés et remise en cause par la multiplication de ces discours. En 2016, des gouvernements ont fermé les yeux sur des crimes de guerre, conclu des accords qui affaiblissent le droit d'asile, adopté des lois qui bafouent la liberté d'expression, incité au meurtre de personnes simplement accusées de consommer des stupéfiants, justifié la torture et la surveillance de masse, et élargi des pouvoirs de police déjà draconiens. Accéder au rapport.

J'ai vu pleurer un vieux tzigane

version PDF
Pour bien débuter les journées européennes du patrimoine, nous vous recommandons ce petit-déjeuner littéraire et musical : à Jargeau - Jardin de la Chanterie (face à l'Office du Tourisme), le :
 
Samedi 16 septembre 2017 à 10H30
Lecture par l’auteur, Guy Jimenes, accompagné par Thierry Bretonnet, accordéoniste.
 
Organisé par la ville de Jaregau, la librairie Mag Presse et le soutien du Cercil (Centre d'Etude et de Recherche sur les Camps d'Internement dans le Loiret).
 
Le narrateur raconte sa prise de conscience des difficultés liées à l’histoire des tsiganes. Enfant à la fin des années 1960, il a vu pleurer un vieil homme qui se frottait le poignet tatoué d’un chiffre. Comme les autres habitants de son village, il a continué à se moquer de ces nomades qu’on qualifiait de “sales” et “voleurs”. Devenu étudiant en histoire, il a pu faire le lien entre le tatouage du vieux Tsigane et les camps de concentration de la Seconde Guerre mondiale.
 

 

Share/Save