Rapport annuel 2016/17 : un monde de plus en plus divisé et dangereux

Les dirigeants du monde entier ont multiplié les discours de haine et de peur favorisant le repli identitaire, développant une rhétorique du « nous contre eux ». Des discours qui menacent directement les droits et libertés de milliers de personnes. Rétrospective, à l'occasion de la publication de notre rapport annuel.
Si Donald Trump est emblématique d’une tendance mondiale à défendre des politiques toujours plus clivantes, d'autres dirigeants politiques ne l’ont pas attendu pour assumer des discours fondés sur la peur, l'accusation et la division et remporter le pouvoir.
Les droits humains sont de plus en plus menacés et remise en cause par la multiplication de ces discours. En 2016, des gouvernements ont fermé les yeux sur des crimes de guerre, conclu des accords qui affaiblissent le droit d'asile, adopté des lois qui bafouent la liberté d'expression, incité au meurtre de personnes simplement accusées de consommer des stupéfiants, justifié la torture et la surveillance de masse, et élargi des pouvoirs de police déjà draconiens. Accéder au rapport.

Communiqués Amnesty International

S'abonner à flux Communiqués Amnesty International Communiqués Amnesty International
Flux RSS d’Amnesty International
Mis à jour : il y a 8 min 59 sec

Égypte. Les projets de loi présentés sont une atteinte aux libertés en ligne

2. Juillet 2018 - 2:00
Les autorités égyptiennes s'efforcent de faire adopter de nouvelles lois relatives aux médias et à la cybercriminalité qui confèreraient à l'État un contrôle quasi-total sur les organes de la presse écrite, en ligne et audiovisuelle. Amnesty International demande au Parlement égyptien de rejeter ces projets de loi draconiens et au président de renvoyer la loi relative à la cybercriminalité devant le Parlement pour qu'elle soit amendée.

Atrocités contre les Rohingyas : comment nous avons mis en évidence l'implication de hauts responsables de l'armée birmane dans des crimes contre l'humanité

29. Juin 2018 - 19:39
Le 25 août 2017 à l'aube, l'Armée du salut des Rohingyas de l'Arakan (ARSA), un groupe armé rohingya, a lancé une série d'attaques coordonnées contre des postes des forces de sécurité dans le nord de l'État d'Arakan, au Myanmar. Dans les jours, les semaines et les mois qui ont suivi, les forces de sécurité du Myanmar, dirigées par l'armée birmane, ont lancé une campagne de graves violences contre les Rohingyas, qui a contraint plus de 702 000 hommes, femmes et enfants – soit 80 % de la population rohingya du nord de l'État d'Arakan à ce moment-là – à se réfugier au Bangladesh. Ces opérations ont été marquées par des violations des droits humains, notamment des expulsions, des homicides illégaux, des viols, des actes de torture, des villages incendiés et des tactiques destinées à affamer.

Égypte. Procès de masse grotesque et verdicts attendus pour 739 accusés, dont certains encourent la peine de mort

29. Juin 2018 - 17:49
Le procès de masse de 739 personnes, dont un grand nombre risquent la peine de mort pour des accusations en lien avec le sit-in d’al Rabaa le 14 août 2013 est une parodie de justice grotesque, a déclaré Amnesty International à la veille des verdicts qui doivent être rendus par un tribunal pénal du Caire samedi 30 juin.

Union européenne. Les nouveaux plans concernant la politique d’immigration sont «dangereux et égoïstes»

29. Juin 2018 - 17:42
Les dirigeants de l’Union européenne (UE) ont choisi la peur plutôt que la compassion en approuvant les conclusions du Conseil qui pourraient nuire à des hommes, des femmes et des enfants parmi les plus vulnérables au monde, a déclaré Amnesty International vendredi 29 juin.

«Je me battrai jusqu’à mon dernier souffle» – Esther Kiobel, au sujet de sa longue bataille juridique contre Shell

29. Juin 2018 - 12:35
Il y a un an jour pour jour, Esther Kiobel se tenait sur les marches du palais de justice de La Haye. Il lui avait fallu plus de 20 ans pour arriver jusque là. Elle venait d’intenter une action en justice historique contre le géant pétrolier Shell pour le rôle* qu’il avait joué dans l’exécution de son époux, Barinem Kiobel, en 1995. Cet ancien fonctionnaire avait été pendu par le régime militaire nigérian à la suite de manifestations de grande ampleur contre la pollution aux hydrocarbures dans le delta du Niger.

Soudan. Réduire la mission de l'ONU n'est pas envisageable alors que les attaques se poursuivent au Darfour

29. Juin 2018 - 2:00
À la veille d'un vote crucial au Conseil de sécurité de l'ONU le 30 juin, qui examinera la restructuration et la réduction des effectifs de la mission conjointe Union africaine – Nations unies au Darfour (MINUAD), Amnesty International publie des images satellite et des photos exclusives qui montrent les dégâts très importants causés par des attaques contre les villages de la région.

États-Unis. Les autorités doivent cesser de séparer et d’enfermer des familles

29. Juin 2018 - 1:03
Les autorités américaines doivent mettre immédiatement fin à la séparation et à la détention des enfants et de leurs familles qui arrivent à la frontière des États-Unis avec le Mexique en quête d’asile, et réunir sans délai les milliers de familles qui restent séparées à cause des politiques illégales et préjudiciables de l’administration Trump, a déclaré Amnesty International à l’approche de la journée mondiale d’action contre ces pratiques, prévue le 30 juin.

Mauritanie. Pression mondiale en faveur de la libération de deux militants antiesclavagistes à l’approche du sommet de l’Union africaine

28. Juin 2018 - 18:36
Le président Mohamed Ould Abdel Aziz doit libérer sans condition deux militants antiesclavagistes détenus uniquement pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression et pour avoir dénoncé l’injustice, a déclaré Amnesty International le 29 juin 2018.

Mexique. Les autorités doivent garantir le respect des droits humains dans le contexte violent qui entoure les élections

28. Juin 2018 - 12:44
Face au processus électoral le plus violent de son histoire, le Mexique doit prendre des mesures importantes pour veiller à ce que ses citoyens puissent exercer leurs droits humains, notamment le droit de participer aux affaires publiques lors des élections de ce dimanche, a déclaré Amnesty International jeudi 28 juin 2018.

Malawi. L'impunité favorise les homicides de personnes albinos en vue de prélever certaines parties de leur corps

28. Juin 2018 - 12:22
Les autorités du Malawi doivent de toute urgence restructurer le système judiciaire pénal afin de protéger les personnes albinos, qui demeurent menacées de mort en vue du prélèvement de certaines parties de leur corps, dans un pays où la vaste majorité de ces crimes ne sont pas élucidés et restent impunis, a déclaré Amnesty International le 28 juin 2018.

Maroc. Il faut annuler les jugements rendus à l'issue de procès iniques contre les manifestants du Hirak

27. Juin 2018 - 19:05
Les décisions de culpabilité et les lourdes peines prononcées dans les affaires concernant 53 manifestants du Hirak à Casablanca doivent être annulées en raison de l’iniquité des procès, a déclaré Amnesty International le 27 juin 2018.

Soudan. L’annulation de la condamnation à mort de Noura Hussein doit déboucher sur une réforme de la législation

26. Juin 2018 - 20:27
La décision de justice annulant la peine capitale prononcée contre Noura Hussein, qui avait tué son mari en état de légitime défense lors d’une tentative de viol, et la remplaçant par une peine de cinq ans de prison doit servir de catalyseur pour une révision de la législation au Soudan, a déclaré Amnesty International le 26 juin.

Sri Lanka. Une défenseure des droits humains est menacée

26. Juin 2018 - 13:21
Les autorités sri-lankaises doivent de toute urgence prendre des mesures contre les personnes qui menacent la défenseure des droits humains Sandhya Eknaligoda, a déclaré Amnesty International le 26 juin 2018.

Pologne. Les manifestants ne seront pas réduits au silence

25. Juin 2018 - 14:02
Quand Julia, 60 ans, a repris connaissance dans une rue du centre de Poznan en 2016, elle était allongée dans une flaque d’eau. Quelqu’un était assis sur elle et des gens autour criaient : « Laissez-la ! »

Pages