Rapport annuel 2016/17 : un monde de plus en plus divisé et dangereux

Les dirigeants du monde entier ont multiplié les discours de haine et de peur favorisant le repli identitaire, développant une rhétorique du « nous contre eux ». Des discours qui menacent directement les droits et libertés de milliers de personnes. Rétrospective, à l'occasion de la publication de notre rapport annuel.
Si Donald Trump est emblématique d’une tendance mondiale à défendre des politiques toujours plus clivantes, d'autres dirigeants politiques ne l’ont pas attendu pour assumer des discours fondés sur la peur, l'accusation et la division et remporter le pouvoir.
Les droits humains sont de plus en plus menacés et remise en cause par la multiplication de ces discours. En 2016, des gouvernements ont fermé les yeux sur des crimes de guerre, conclu des accords qui affaiblissent le droit d'asile, adopté des lois qui bafouent la liberté d'expression, incité au meurtre de personnes simplement accusées de consommer des stupéfiants, justifié la torture et la surveillance de masse, et élargi des pouvoirs de police déjà draconiens. Accéder au rapport.

Mai 2012

Devant les nombreuses menaces qui pèsent sur le droit d’asile et la protection de 16,2 millions de réfugiés, Amnesty International France lance une année d'action en 2012 fondée sur la réalité de l'asile afin de redonner du sens aux mots et du poids aux obligations des États.

« Pour des millions d’enfants, de femmes et d’hommes qui fuient leurs pays parce que leur vie est menacée, l’asile est le seul droit qui leur reste », affirme Geneviève Garrigos, présidente d’Amnesty International France. « Les États ont le pouvoir et le devoir de leur apporter cette protection vitale ».

 
60 ans après l’adoption de la Convention relative au statut des réfugiés, discours trompeurs et pratiques d’États vident de sa substance le droit d'asile. Parce que cette situation s’aggrave, Amnesty International France propose un état des lieux mondial pour décrypter ces discours et comprendre ainsi les logiques étatiques à l’oeuvre. L’association lance une année d’action pour que cessent les violations du droit d’asile dans le monde.
 
« Alerter sur l’utilisation d’un vocabulaire qui disqualifie le droit d’asile et discrédite les réfugiés est indispensable » souligne Geneviève Garrigos.

Expo_Affiches_AI2011_19.JPGParce que les discours des États créent des amalgames et alimentent les préjugés sur les réfugiés, Amnesty International France entend rappeler qui sont ces 16,2 millions d’hommes, de femmes et d’enfants, ce qu’ils endurent et en quoi un droit d’asile effectif est vital pour eux.

Le choix des mots n’est jamais anodin, surtout dans le discours des États. Ceux qui entourent l’asile véhiculent trop de semi vérités et créent peurs et fantasmes qui permettent à ces mêmes États de justifier des pratiques qui contestent le droit d’asile et leurs obligations.

Pour faire respecter le droit d’asile, Amnesty International France s’attelle donc en priorité à dénoncer ces discours et à redonner au public des repères réels et concrets.

Voire les "mots des états" et les réponses d'Amnesty International  à la suite ....

 

Le groupe Amnesty Interntaional de l'Orléanais participera à la journée des associations d'Orléans "Rentrée en fête", le 9 septembre 2012.

affiche_its-a-free_world.jpgLe film "It's a free world", (version française) de Ken Loach sera projeté au Cinéma Les Carmes ►, à Orléans, à l'initiative du groupe Amnesty International de l'Orléanais et sera suivi d'un débat en p

logoRC.pngLe groupe Amnesty International de l'Orléanais paticipera à l'émission "A bâtons rompus" sur radio Campus(FM 88.3), le mardi 19 juin à 19h.

Dans le cadre de la campagne Réfugiés 2012, le groupe Amnesty International de l'Orléanais propose une animation "Street art" le samedi 16 juin de 15H à 18H, Place Louis Roguet avec l'association URBAN COLORS. Démonstration de graffitis sur la thématique des réfugiés. 

RA_2012_couv_0.jpgLe Rapport 2012 d’Amnesty International recense des restrictions spécifiques à la liberté d’expression dans 91 pays et des cas de torture ou d'autres mauvais traitements – infligés bien souvent à des personnes en raison de leur participation à des manifestations – dans 101 pays.

Il ne suffit pas de se débarrasser de tel ou tel dirigeant, aussi tyrannique soit-il, pour instaurer un changement durable. Les gouvernements doivent respecter le droit à la liberté d’expression, chez eux et à l’étranger ; ils doivent prendre au sérieux leurs responsabilités au niveau international et investir dans des systèmes et des structures qui garantissent la justice, la liberté et l’égalité devant la loi.

 

 
Le groupe Amnesty International de l'Orléanais sera présent au festival des Ingrédients qui a lieu les 1 et 2 juin à INGRE (Loiret) ; Parc Bel Air.
Venez nous retrouver sur notre stand, pour discuter de nos actions en faveur des droits humains et agir avec nous.

Le site du festival