Manifestants pacifiques arbitrairement arrêtés et poursuivis en France

La liberté de manifester pacifiquement est un droit essentiel à l’expression collective et publique de ses opinions, revendications, à la défense de l’ensemble des droits humains. Un droit aujourd’hui dangereusement remis en cause dans de trop nombreux pays.

La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, la Convention européenne des droits de l’homme, la charte des droits fondamentaux de l’UE : tous les textes de protection des droits humains reconnaissent le droit de manifester pacifiquement et son importance pour la liberté d’expression. Ces libertés fondamentales doivent être protégées, et ne peuvent être limitées que dans des cas très précis, prévus par la loi, et de façon strictement nécessaire et proportionnée.

Depuis fin 2018, en France, la répression des manifestations a été d’une ampleur inédite. Manifester pacifiquement expose au risque de violences policières, mais aussi à celui de finir en garde-à-vue. En effet, les autorités ont instrumentalisé des lois contraires au droit international pour verbaliser, arrêter arbitrairement et poursuivre en justice des gens qui n’avaient commis aucune violence.

Lire le dossier

Ciné-Débat « Un pays qui se tient sage »

Ciné-Débat aux Cinéma Les Carmes

Mardi 3 novembre à 18H15

Alors que s’accroissent la colère et le mécontentement devant les

injustices sociales, de nombreuses manifestations citoyennes sont l’objet d’une répression de plus en plus violente. « Un pays qui se tient sage » invite des citoyens à approfondir, interroger et confronter leurs points de vue sur l’ordre social et la légitimité de l’usage de la violence par l’Etat.

Affichette

Séance suivie d’un débat en présence d’un protagoniste du film (sous réserve).

LES FORCES DE L’ORDRE… QUEL RÔLE DANS UNE DÉMOCRATIE ?