Mères du samedi à Istanbul : la répression continue

Manœuvre d’encerclement et d’isolement d'un petit groupe de manifestants, par la police turque, le 20 mai 2023. Dix fois plus de police que de manifestants. Photos issues de twitter.
Manœuvre d’encerclement et d’isolement d’un petit groupe de manifestants, par la police turque, le 20 mai 2023. Dix fois plus de policiers que de manifestants. Photos issues de twitter.

La police d’Istanbul est une fois de plus intervenue, le 20 mai 2023, contre une manifestation des Mères du samedi, un groupe de femmes qui se rassemblent sur la place Galatasaray depuis 1995 pour demander justice et que leurs enfants victimes de disparitions forcées dans les années 1980 et 1990 en Turquie rendent des comptes.
Au moins 13 personnes, dont Eren Keskin, présidente de l’Association des droits de l’homme (IHD), ont été arrêtées après que le groupe a été encerclé au cours de sa 947e semaine de manifestation.
Certains détenus étaient menottés à l’envers.
Malgré une décision de la Cour constitutionnelle turque (AYM) en 2019 qui a déclaré que l’interdiction par le gouvernement de manifester sur la place Galatasaray constituait une violation de la liberté de réunion, la police a continué d’imposer un blocus autour de la zone, empêchant les Mères du samedi de tenir leur veillée hebdomadaire.
Depuis la première semaine d’avril, les Mères du samedi ont tenté de reprendre leurs rassemblements hebdomadaires sur la place Galatasaray tous les samedis, mais la police, qui ne reconnaît pas la décision de l’AYM sur la violation des droits, est intervenue et les a arrêtées chaque semaine.

RSS
Follow by Email
Instagram
Mastodon