Mondial de foot 2022 : faire respecter les droits humains !

Amnesty International France demande à la Fédération Française de Football (FFF) d’agir face aux violations des droits de milliers de travailleuses et travailleurs migrants au Qatar. En tant que partenaire commercial de la FIFA (organisatrice du tournoi), la FFF doit prendre la parole publiquement pour demander à la FIFA de faire pression sur le Qatar afin qu’il protège durablement tous les travailleurs migrants.

La représentante de la Norvège Lise Klaveness l’a fait  (Discours de Lise Klaveness à la FIFA le 01/04/2023) :

 

Pour accéder à une traduction française de Youtube : cliquer sur paramêtres de Youtube ; puis Sous-titres ; puis Anglais généré automatiquement puis traduire automatiquement puis choisir Français dans la liste. Lancer la vidéo.

Foire aux livres d’occasion du 4 au 9 Avril 2022

Flyer de la vente

Le groupe Amnesty International de l’Orléanais organise une vente de livres d’occasion du 04 au 09 avril 2022 à la maison des associations d’Orléans (48 ter, Rue Sainte Catherine).

Les bénéfices de cette vente financent les actions d’Amnesty International et celles du groupe de l’Orléanais. Vous pouvez proposer des livres à la vente, en les apportant directement lors de la vente.

Concert ENVOL le 26 mars 2022

L’ensemble vocal féminin  ENVOL chantera pour Amnesty International le 26 mars 2022 (20H30) :

Affiche Envol, et vous ?

ENVOL, et Vous ?

Grande salle de La Madeleine à Orléans

(103, faubourg Madeleine  – voir le plan).

A travers leur répertoire les dix choristes de ENVOL et la cheffe de chœur Marine Meyniel chantent avec humour, légèreté ou gravité notre quotidien. Des textes qui ne laissent pas indifférents mais vous mettent du baume au cœur et vous invitent à s’élever au-dessus des lieux communs et des stéréotypes et à les combattre.

Entrée libre (selon le nombre de places et les conditions sanitaires en vigueur)

 * * * * * * * * * *

Ce concert est aussi l’occasion de rappeler qu’en temps de guerre comme en temps de paix, la violence contre les femmes, née du refus de l’égalité réelle avec les hommes, est présente dans toutes les sociétés du monde, toutes les classes socio-économiques, toutes les cultures.
On entend par violence contre les femmes toute violence physique, psychologique ou sexuelle exercée au sein de la famille, de la collectivité, perpétrée ou tolérée par les états.

Malgré l’adoption, en 1979,par la plupart des états de la convention de l’ONU sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, la situation des droits des femmes dans le monde ne s’améliore pas … voire se dégrade dans certains pays ! Dossier : « Ces pays qui font régresser les droits des femmes »

En vidéos …

Invasion de l’Ukraine : un crime de droit international

L’invasion de l’Ukraine par la Russie est une violation manifeste de la Charte des Nations unies et un acte d’agression constituant un crime de droit international, a déclaré Amnesty International en demandant que toutes les personnes impliquées dans ce crime soient amenées à rendre des comptes pour ces violations. Leur responsabilité personnelle, individuelle et collective doit être invoquée pour cela, et pour les nombreux autres crimes ayant caractérisé l’invasion de l’Ukraine jusqu’à présent. Lire la suite

8 mars : défendre les droits des femmes !

Manifestation  le 8 mars à Orléans à 18H

Place de la République

A l’appel de plusieurs associations  : Collectif Offensive Féministe 45, Féministes en tous genres, Amnesty International, ATTAC45, AIDES, ASLA, GAGL45

A l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, Amnesty International appelle à défendre le droit à l’avortement aux États-Unis où il est particulièrement menacé. De nombreux États en ont limité l’accès, le rendant quasiment impossible. C’est le cas au Texas, où une loi anti-avortement a récemment été adoptée.
Avorter aux États-Unis devient un parcours de la combattante : les procédures sont lourdes, des délais de réflexion sont imposés et l’accompagnement psychologique est parfois culpabilisant. Ces dérives mettent en danger la vie de millions de femmes. Il est urgent d’agir pour défendre ce droit. Pour cela, une loi existe : la loi sur la protection de la santé des femmes. Cette loi permet l’accès à un avortement sans risque, en s’affranchissant des restrictions médicales injustifiées et des interdictions actuelles.
L’avortement est une procédure médicale sûre et essentielle. L’interdire ne le fait pas disparaître mais coûte la vie à des milliers de femmes.
Vous pouvez aussi agir en signant la pétition sur le site d’Amnesty International France à destination des sénateurs américains [accéder à la pétition]

Deux dossiers pour en savoir plus  :

Artistes pour Amnesty International : 12/12/21 St Jean de Braye

Affiche de la vente 2021, le 12/12/21 à St Jean de Braye

Pour vos cadeaux de fin d’année : offrez des toiles, des sculptures ou des photos.

Des artistes, indépendants ou issus d’association, offrent à Amnesty International Groupe de l’Orléanais des œuvres : peintures, sculptures ou photographies ou tout autre artisanat d’art.  Elles seront en vente à la salle Jean-Baptiste Clément à Saint Jean de Braye le 12 décembre 2021 de 9H à 17H.

Si vous souhaitez vous aussi donner une œuvre à la vente pour Amnesty, n’hésitez pas à nous contacter via notre formulaire ou au 06 65 77 82 78. Vous trouverez également  en vente ce jour là, les traditionnels calendriers, agendas, cartes de vœux d’Amnesty International ainsi que les livres pour la jeunesse, promus par le mouvement.

Pour garantir son indépendante, Amnesty International n’accepte  pas de subvention et ne vit que des dons, legs et ventes de ses produits.

Associations dont sont issu(e)s les artistes : Art Plus  (Saint Jean de Braye)

 

Ciné-débat : Un pays qui se tient sage

Projection de film, suivie d’un débat, avec le soutien du Réseau Forum des Droits Humains d’Orléans (RFDH) : Flyer de la manifestation

30 juin 2021 – 19H30

au Cinéma Les Carmes – Orléans

Un pays qui se tient sage

Suivi d’un débat avec le réalisateur David Dufresne.

Bande annonce du film

A l’initiative des groupes locaux MAN (Mouvement pour une Alternative Non-violente), ATTAC, Amnesty International, Ligue des droits de l’Homme et avec le soutien du RFDH

Le mouvement des gilets jaunes a fait l’objet d’une réponse brutale, notamment à Paris ; des manifestations plus « traditionnelles » ont pu subir les mêmes répressions ; la presse indépendante a été malmenée. A la suite, les lois dites « sécurité  globale » et « séparatisme » et un « nouveau schéma du maintien de l’ordre » interrogent l’état des libertés dans notre pays. Quelle est le rôle des forces de l’ordre dans une démocratie ?  Comment la société civile peut-elle résister ?

Pour aller plus loin  ; voir le dossier d’Amnesty International France sur les violences policières

Tchad : la vérité sur la disparition de Ibni Oumar Mahamat Saleh !

Il y a 13 ans disparaissait Ibni Oumar Mahamat Saleh, enlevé par les forces tchadiennes, Idriss Déby étant alors chef du gouvernement tchadien. Les démarches pour obtenir la vérité sur cette disparition n’ont jamais abouti. On se souvient de l’entretien de François Hollande avec Idriss Déby, qui devait rencontrer celui-ci le  08/10/2012. Le président français demandait, préalablement au rendez-vous, un geste de Ndjamena dans ce dossier sensible et que la justice tchadienne et le comité de suivi mis en place se mettent au travail pour que l’enquête sur cette disparition soit menée à son terme. Idriss Déby opposa le silence et F. Hollande annula le rendez-vous, braquant les autorités tchadiennes.

Depuis, il fut fait peu de cas de la recherche de la vérité, les intérêts  commerciaux, militaires et géopolitiques étant toujours privilégiés, comme l’a encore montré le déplacement au Tchad du président de la République française, suite au décès de Idriss Déby et à la prise de pouvoir par son fils.

Le groupe Amnesty International  de l’Orléanais et d’autres organisations, ses collègues mathématiciens et, bien sûr, sa famille continuent d’exiger toute la vérité sur cette disparition. Ibni a été étudiant en mathématiques à l’Université d’Orléans, où il a obtenu son doctorat en 1978. Il a été ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, et ministre du Plan et de la coopération au Tchad.

Vous trouverez, ci-dessous, le communiqué de 3 sociétés de mathématiques et de statistiques. Read More

8 mars 2021 : défendez Yasaman ARYANI

Depuis avril 2019, Yasaman Aryani est détenue par les autorités iraniennes pour avoir milité pacifiquement contre le port obligatoire du voile en Iran. Condamnée initialement à 16 ans de prison, la Cour d’appel de Téhéran a réduit les peines de Yasaman et de sa mère à neuf ans et sept mois d’emprisonnement. Grâce à la mobilisation de milliers de personnes à travers le monde, Yasaman n’est plus à l’isolement et n’est plus sous contrôle des Gardiens de la révolution, tristement connus pour leurs exactions. Yasaman cependant est toujours emprisonnée  dans la prison de Kachuei. Elle a contracté le Covid-19 et ne reçoit aucun soin.

Elle doit être libérée et la répression contre les femmes qui ne veulent pas porter le voile  doit cesser.

Voir le dossier, la vidéo et la pétition sur Amnesty France

Voir aussi le dossier frontlinedefenders

Le tissu, chanson de Jeanne Cherhal, interprété par l’ensemble vocal Envol.

8 mars 2021

Agir pour les militantes des droits des femmes

Loujain al-Hathloul a été libérée

Après avoir été condamnée le 28 décembre 2020 à cinq ans et huit mois de prison en raison d’une loi « antiterroriste », Loujain, militante qui défend les droits des femmes en Arabie-Saoudite, a été libérée. Elle aura passée 1001 jours en détention.

Cette libération intervient après une campagne menée par ses proches  en concertation avec des organisation internationales de défense des droits humains.

Cependant sa libération reste conditionnelle : elle ne peut parler des sévices subis en prison et ne peut quitter l’Arabie Saoudite. Des femmes emprisonnées en Arabie Saoudite ont relaté avoir subi des sévices physiques et sexuels. Les parents d’Hathloul, lors de leur visite à leur fille en prison ont remarqué qu’elle portait des contusions. Mais la libération de Loujain ne doit pas faire oublier l’emprisonnement de nombreuses femmes qui se battent pour faire reconnaître leurs droits. Elle doivent être libérées sans condition et touts les charges contre elles doivent être effacées.

Source : The guardian